jeudi 27 avril 2017

Le Vietnam, un territoire d'open innovation offshore pour les entreprises françaises

Le Vietnam : 92 millions d'habitants dont 30 millions branchés sur internet, 60 % de moins de 30 ans, 1 000 000 d'ingénieurs vers 2020, au cœur d'un marché de 600 millions de consommateurs,...mais aussi une relation particulière avec la France (8000 ingénieurs formés en France [1]).
Un pays dont le potentiel d'affaires avec la France est considérable en regard de ce que réussissent à faire l'Allemagne, l'Italie, l'Angleterre et les Pays-Bas.

Ce mercredi 26 avril dans le tout nouvel auditorium du siège du Groupe La Poste pour un colloque sur les nouveaux modèles d'affaires numériques, ce sont peut être ces éléments géopolitiques qu'avait en tête M. Philippe Wahl, président du Groupe La Poste quand il a accueilli avec M. Bernard Haurie, président de l’IE-Club [2] et directeur général adjoint de Géopost, son excellence l’Ambassadeur du Vietnam en France, M. Ngoc Son Nguyen et M. Gia Binh Truong, président du groupe FPT.

FPT ?
La première ESN du Vietnam [3], CA 1,8 milliard de dollars de chiffre d’affaires, 50 clients dans Fortune 500, 28 000 employés, une université d'entreprise comptant 4000 graduated alumni, un incubateur,...
Sur le plan métier, partenaire de Amazon web services, Microsoft, SAP, IBM, Oracle, certifié CMMI Level 5, ISO 9001, ISO 27001...

L'allocution de l'ambassadeur du Vietnam et celle du président de FTP étaient suivies par une table ronde avec trois représentants des clients de FPT : Airbus, Néopost et Téléspazio.



Repères :
La France compte plus 1 000 000 d'ingénieurs et 200 000 chercheurs. source IESF
Capgemini (ESN du Cac 40) compte 190 000 collaborateurs pour un CA de 12,5 milliards d'euros. source Capgemini.
Néopost, à ne pas confondre avec Géopost du Groupe La Poste, propose des machines à affranchir, mise sous pli, gestion de documents et numérisation. 
Téléspazio, a JV entre Leonardo (Italie) et Thales, fournit des services professionnels aux acteurs de l'industrie spatiale.



[1] La promotion X 2016 compte parmi les 80 élèves ingénieurs internationaux 4 élèves polytechniciens vietnamiens: cf sur X-Diversité  Déjeuner de lancement du parrainage des élèves internationaux promo 2016.
[2] L'IE-Club est un club d'entreprises où se rencontrent, en vue d'innover ensemble, des grands groupes, PME, investisseurs, organismes publics,... Site officiel de l'IE Club
[3] Site officiel de FPT


Sur ce site 

mardi 25 avril 2017

Bouygues Telecom Initiaves

Bouygues Telecom Initiatives : concrétiser l’open-innovation


Faire une place à l’innovation dans une grande entreprise de plusieurs milliers de collaborateurs, avec des structures et des procédures normalement en place, n’est pas nécessairement chose immédiate. C’est la démarche et l’objectif de Bouygues Telecom Initiatives.

Créée en 2009, la filiale de Bouygues Telecom recherche des startups développant des produits ou services que les directions opérationnelles de Bouygues Telecom vont utiliser pour mieux servir leurs clients. Ces services et produits sont dans le domaine proche des métiers de Bouygues Telecom, mais sans exclure des opportunités avec d’autres secteurs qui peuvent être à priori éloignés de ses métiers.

Ainsi, parmi les nombreuses startups rencontrées au fil du temps, une discussion avancée a eu lieu avec une société de livraison express en zone urbaine. Le thème peut sembler éloigné des métiers de Bouygues Telecom, mais un partenariat de ce type aurait servi à assurer par exemple la livraison rapide de mobiles commandés sur Internet : un moyen de relever la compétition avec les offres de livraison en une ou deux heures comme Prime Now d’Amazon.

Le sourcing doit également rester ouvert aux directions fonctionnelles qui deviennent parties prenantes de la transformation de l’entreprise. C’est ainsi qu’un partenariat a été mis en place avec Apitalent, première plateforme collaborative qui apporte de la flexi-sécurité sur le marché du travail, pour la Direction des Ressources Humaines. De même, Agorize, un outil de « crowd sourcing » qui permet à des communautés de participer à des challenges proposés par les entreprises, a fait l’objet d’une prise de participation pour sa capacité à booster l’open-innovation. Agorize travaille désormais avec d’autres métiers du groupe Bouygues, les métiers partageant les succès des projets de collaborations avec les startups.

La richesse et la variété des startups sont une réalité en France. Il faut parvenir à sélectionner sans à priori les pistes de partenariats possibles, en connaissant bien les enjeux des métiers, les collaborateurs moteurs et le fonctionnement de l’entreprise



En ayant une première idée de l’usage potentiel pour Bouygues Telecom, il faut établir le contact avec le ou les bons responsables internes, parfois un chef de produit, parfois un directeur d’activitéUne autre approche consiste à réaliser dans le show-room interne une démonstration plus largement ouverte, ce qui peut s’avérer pertinent pour des startups qui concernent plusieurs directions : une de celles qui avait été identifiées impactait à la fois le marketing, la communication et les réseaux sociaux. Qui peut être alors le pilote interne ?

Dans la très grande majorité des cas pour lesquels un bon contact a lieu, l’étape suivante est un test en grandeur significative : le produit répond-il aux besoins ? Peut-il être intégré aux systèmes de l’entreprise ? Ce point peut très vite être critique dans une entreprise de grande taille comme Bouygues Telecom : une connexion ou une intégration au réseau télécom ou au système d’informations d’une jeune startup en phase d’amorçage ne se fait qu’avec de grandes précautions.
Par exemple, des services offrant aux clients des informations et des fonctionnalités autour des flux vidéo de la box auraient imposé l’intégration dans les plates-formes de production d’équipements spécifiques. Ces équipements sont-ils fiables ? La startup est en phase d’amorçage : que se passe-t-il si un problème intervient ?

Des services très prometteurs, mais nécessitant une intégration trop profonde ont ainsi été refusés. Le service est-il bien accepté par les clients ? Cette étape doit normalement durer quelques mois mais il n’est pas exclu de passer directement à la phase de partenariat avec une mise en oeuvre opérationnelle. ReCommerce a ainsi été intégrée rapidement dès 2010 pour leur offre de reconditionnement de mobiles reconditionnés, permettant aux clients d’avoir des mobiles à prix réduit. Ou, plus récemment, et là sans prise de participation, avec Mobigis, devenue partenaire de Bouygues Telecom pour améliorer l’offre de transport et l’aménagement urbain via des analyses de données.

La prise de participation est en fait la dernière étape du processus de décision dans la chaîne de l’open-innovation suivie par Bouygues Telecom Initiatives qui est également un fonds d’investissement. Cette étape, qui se fait au travers d’un pitch devant un comité d’investissement interne accompagné d’une analyse financière et juridique, n’est pas une finalité d’un partenariat commercial. Elle vise essentiellement à aider les startups retenues qui ont un besoin de financement pour permettre leur développement.

La réussite de l’open-innovation pour Bouygues Telecom Initiatives ? C’est avant tout et d’abord la mise en place d’un partenariat technique et/ou commercial d’une direction opérationnelle de Bouygues Telecom avec une startup pour développer un nouveau service/produit ou améliorer un service/produit existant : le reconditionnement des mobiles avec ReCommerce, un site d’informations pour les jeunes avec Melty, le menu de la BBox Miami avec IfeelSmart, une solution hôtellerie 2.0 pour des touristes connectés par Dringme...



Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom, explique ainsi cette démarche : « Notre but est de valoriser la startup dans l’usage qu’elle nous permet de mettre en avant dans nos propres services… Notre point de départ est simple : il faut admettre que la startup peut vous apprendre des choses que vous ne savez pas, même si vous êtes un grand groupe. »





Pour en savoir plus : www.btinitiatives.fr

Georges PASSET (X77) et Sylvain GOUSSOT (X93)


mercredi 19 avril 2017

Une startup de l'EdTech créée par un X distinguée par un prix innovation

Le 30 mars 2017, 360Learning [1], une startup fondée par Nicolas Hernandez (X2003) [2], a reçu le "Prix de l'Innovation" du Prix des Technologies Numériques 2017 qui adressait pour cette édition l'EdTech [3].

Bravo à Nicolas et à toute l'équipe de 360Learning !

360Learning vise les entreprises désireuses de "placer les pratiques numériques au cœur de l’apprentissage pour le rendre collaboratif, pair à pair, ludique, mobile et participatif".

Lors du salon  eLearning Expo 2017 (Paris, Porte de Versailles, 21, 22 et 23 mars), les démonstrations de 360Learning mettaient en avant différents dispositifs pédagogiques disponibles sur la plateforme.

On notait notamment la possibilité de mettre en œuvre des quiz auto-correcteurs, un dispositif alternatif aux quiz classiques et avancé dès mars 2014 pour la formation professionnelle [4] en retour d'expérience des premiers MOOC académiques publiés sur France Université Numérique, la plateforme de l'enseignement supérieur français.

Désigné par "quiz empathique" dans la plateforme Personal MOOC, une innovation frugale élue trophée innovation lors d'un forum organiséen janvier 2015 pour les membres du CRIP [5], la conception du quiz est expliquée dans un MOOC-Pitch en ligne depuis mars 2014 [6] et le code du quiz a été placé sous licence CeCILL ...




[1] 360Learning propose aux entreprises un service numérique d'édition de modules de formation en ligne (SPOC, COOC). 360Learning est soutenu par le fond capital risque ISAI, fondé par Jean-David Chamborédon (X82)
[2] Nicolas Hernandez (profil sur LinkedIn) est également président fondateur de X-Startup
[3] EdTech :  EDucation TECHnologies. Le "Prix des Technologies Numériques" est organisé par Télécom ParisTech et son association d'alumni. Le prix est décerné par un jury indépendant de 30 personnalités exerçant leur activités dans le numérique.
[4] Des short MOOCs en réseau pour la formation professionnelle, Tru Do-Khac, Le Cercle Les Echos 07/07/14
[5] 5ème IT innovation Forum : le digital à l’honneur, Tristan Karache, ITpro.fr, 30/01/2015.  Le CRIP est une association professionnelle annonçant plus de 4500 responsables informatiques membres.
[6] "Coder un quiz intéractif en HTML5", en accès libre sur le web ouvert à  http://cell003.organic-mooc.eu

vendredi 31 mars 2017

AG 2017 : camaraderie et convivialité

L'assemblée générale ordinaire annuelle de X-Open-Innovation n'est pas seulement le renouvellement du bureau et l'élection d'un nouveau président : c'est aussi une occasion de resserrer les liens de camaraderie entre ses membres et de passer un moment convivial.


Pour l'AG 2017, Guy Pignolet, membre du bureau 2016 résidant à La Réunion, à Paris au moment de l'AG, est passé entre deux visites familiales.

Outre ses recommandations pour le fonctionnement de X-Open-Innovation, Guy a apporté un coffret de 30 "pruneaux de letchis", qui sont des letchis confits produits artisanalement dans son gîte rural à La Réunion.

Un letchi identique à ceux du coffret est en orbite dans la Station Spatiale Internationale depuis le 28 juin 2007.

Pour commander un coffret de 30 letchis (30€ frais d'envoi compris): letchi-confit@science-sainte-rose.net

vendredi 24 mars 2017

Open Innovation à la DINSIC

Ce jeudi 23 mars dans les locaux de l'AX, le groupe X-SHS (X-Sciences de l'Homme et de la Société) [1] recevait Henri Verdier, directeur interministériel du numérique et du système d’information et de communication de l’État (DINSIC), sur le thème de la transformation numérique de l’État [2].

Source : wikipedia

Cette transformation peut être résumée en une formule, celle de "État Plateforme"

Pendant 2 heures, Henri Verdier a échangé avec l'audience sur l’État Plateforme et les dispositifs mis en œuvre par la DINSIC pour instiller cette transformation avec des ressources limitées en regard de celles dont disposent les DSI ministériels.

Parmi ces dispositifs :
  • les hackathons
  • les "entrepreneurs d'intérêt général"
  • les "startups de l’État"
  • les "API de l’État".

[1] X-SHS
[2] La transformation numérique de l’État s'inscrit dans la politique de la Réforme de l’État et de la Simplification porté par le ministre Jean-Vincent Placé. Le portail de la modernisation de l'action publique


Sur ce site :