lundi 16 octobre 2017

AG Cigref : la co-construction du numérique en direct avec le ministre Mounir Mahjoubi

Ce lundi 16 octobre, au Pavillon Vendôme, en présence du ministre Mounir Mahjoubi [1], le Cigref [2a] conviait son écosystème à la séance de clôture de son assemblée générale [2b].

En ouverture, le président du Cigref Bernard Duverneuil appelait l'écosystème du Cigref à co-construire le numérique.

Puis des membres du Cigref avançaient des leviers pour cette co-construction : la féminisation de la filière numérique, l'audace et la confiance.

En final, le ministre Mounir Mahjoubi présentait des points clefs du programme du gouvernement en numérique :
  • le numérique, mais inclusif (TPE/PME, 100 % de la population), 
  • la formation professionnelle, mais sur tout le spectre de qualification (Grande École du Numérique [3]),
  • la diversité, mais justifiée (French Tech Diversité [4]),
  • la cybersécurité, une dépense impérative partagée par tous [5].
Dans la foulée, le ministre proposait impromptu un pacte aux DSI des grandes entreprises françaises : un volume d'offres d'emploi sur tout le spectre de qualification contre un volume de compétences conformes certifiées par l’État.

Le président du Cigref acceptait le deal et s'engageait personnellement à lancer une action dans ce sens [6].


[1] sur le site gouvernement.fr Mounir Mahjoubi, Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique.
[2a] sur X-Open-Innovation Cigref : un voyage de 15 ans vers l'innovation ouverte 
[2b] Sur le site du Cigref, bientôt disponible, le Rapport d'activités 2016-17 Cigref
[3] sur economie.gouv.fr Grande École du Numérique
[4] sur economie.gouv.fr French Tech Diversité
[5] site de l' ANSSI
[6] sur X-Diversité :  Emploi : un deal impromptu entre le ministre Mounir Mahjoubi et les grandes entreprises du Cigref


Sur CIO-Online :   AG du Cigref : pour une construction collective de la société numérique, 16 Octobre 2017, Bertrand Lemaire

mercredi 11 octobre 2017

Délais de paiement pour une chaine d'innovation vertueuse

Le développement de l'innovation repose sur la collaboration entre les startups et les grandes entreprises, qui forment la chaîne de sourcing.

Pour le bien être de cette chaîne,  il est essentiel que le flux financier qui l'irrigue à partir des clients finaux soit performante.

Le comportement de la tête de chaîne est déterminante.

En stipulant un paiement à 30 jours date de facture dans ses conditions générales d'achats, la commande publique déclare sa volonté d'amorcer une chaîne vertueuse.

Il appartient au maillon suivant (le titulaire du marché) de prolonger cette chaîne, dans les textes (contrat de sous-traitance) ou dans les faits ( paiement effectif).

Pour faire un état des pratiques, 4 ème Assises des délais de paiement auront lieu à Bercy le 13 novembre après-midi avec le parrainage de M. Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie et des Finances [1].



[1] Site officiel de la manifestation

mardi 3 octobre 2017

Pratique d'achat innovant : l'exemple de la DGFIP (ministères financiers et économiques)

Dans le numéro de février 2017 de La Jaune et La Rouge, un article [1] décrivait le mécanisme "mathématique" qui invite les grands prestataires à produire, en embarquant de l'innovation tierce, une réponse supérieure à celle qu'ils feraient avec leurs seules propres ressources.

Voici une occasion d'observer la pratique avec un appel d'offre émis par la DGFIP (Minefi) pour un accord cadre de "réalisation d'études d'urbanisation, d'architecture applicative et de sécurité du système d'information" [2], où 
  • les expert(e)s indépendant(e)s réputé(e)s en gouvernance, architecture et sécurité SI,
  • les éditeurs de méthode d'architecture et d'urbanisme SI [3],
  • les éditeurs d'outils,
 ont une opportunité de proposer leur produits et services.

Bonne chance à eux (elles) !


[1] Le numérique pour marier les grands prestataires et les PME innovantes, Tru Dô-Khac, La Jaune et La Rouge, février 2017
[2] Référence sur PLACE : DGFIP-DGSSI-17017, accord cadre à bons de commande, valeur totale estimée  : 3 000 000 €HT à 6 000 000 €HT sur 4 ans
[3] notamment les éditeurs de méthodes innovantes d'architecture multi-speed IT 

lundi 2 octobre 2017

Open Innovation: trois études de cas

Je me permets de porter votre attention sur une étude, par la Westminster Business School, de trois cas concrets d'Open Innovation, respectivement dans les multinationales Thales (co-innovation), Sony (vaincre le syndrome du "not invented here") et Coca-Cola (Accelerator program, Salesforce Chatter).

 http://westminsterresearch.wmin.ac.uk/19689/1/Final_Paper%20v3.1.pdf