jeudi 24 janvier 2013

Assurer l'innovation ?

Bonjour à tous,

je réponds à la suggestion de Tru qui m'a invité à lancer ici un sujet connexe à l'innovation ouverte. Il concerne les PME en particulier.

Problématique

Avant d'appliquer l'innovation ouverte, les PME doivent d'abord innover. Or force est de constater que l'innovation n'est pas le fort des PME, mis à part quelques exceptions. J'exclus ici les startups, dont la vocation même est d'innover, mais qui ne sont pas représentatives des PME dans leur ensemble.

Mon analyse, liée à mon expérience de terrain depuis plus de deux ans dans ma région, l'Alsace, est la suivante. Les PME n'innovent pas, ou seulement de manière marginale, à cause du risque que cela représente d'innover.

Proposition de solution

La solution que j'imagine est assez simple, somme toute. Il s'agit de mutualiser le risque.

Ce n'est pas nouveau, car c'est le mécanisme du capital-risque. Sauf que le capital-risque est plus adapté aux startups qu'aux PME : la récompense du capital-risqueur, c'est la prise de parts à bon marché dans une société dont le chiffre d'affaires explose. Les dirigeants de PME ne sont souvent pas prêts à diluer leurs parts au profit d'une société d'investissement qui leur est étrangère. De plus, elle relève d'une culture spéculative plus anglo-saxonne que latine, ce qui rend le capital-risque encore trop rare en France.

Je propose donc d'utiliser un modèle plus courant et familier : l'assurance. L'idée est d'éliminer le risque financier associé à l'innovation, y compris le risque commercial, en échange d'une prime d'assurance.

Ce type de produit peut être mis en place soit par des entreprises privées (de grandes compagnies d'assurance, ou de nouvelles sociétés d'investissement), soit par l'État, comme je l'expose dans une lettre ouverte sur mon blog [1].

L'assureur comme nouveau partenaire de l'innovation des entreprises, cela ressemble tout de même à de l'innovation ouverte, non ?

Appel au débat

Cette proposition a déjà fait réagir plusieurs personnes, aussi bien en faveur qu'en désaccord de cette idée.

Parmi les critiques les plus intéressantes, je citerais deux articles [2][3].
Je n'ai pas la certitude que cette solution soit la panacée, mais je suis convaincu qu'un tel mécanisme mérite au moins d'être expérimenté.
Je vous invite donc à critiquer ma proposition, à m'expliquer pourquoi cela pourrait marcher ou ne pas marcher, à m'indiquer toute expérience similaire dont je n'ai pas connaissance, à suggérer des améliorations, bref : à en débattre.

Merci d'avance,

SG


[1] "Lettre ouverte au ministre du redressement productif", Stéphane Gasser, 10 janvier 2013, La méditation technique
[2] "Assurer l'innovation, erreur sur le concept", Jacques Knight, 20 janvier 2013, Open Your Innovation
[3] "Assurer l'innovation, innover sans risque : une fausse bonne idée", Jacques Schmitt, 11 janvier 2013, Open Your Innovation.

---------------------------------------------------------------------------------------------
Note : une discussion a été lancée sur le groupe Polytechnique Alumni LinkedIn : "Faut-il assurer l'innovation ?".

1 commentaire:

Tru Dô-khac a dit…

Bonjour Stéphane,
merci pour partager tes idées sur ce blog participatif.
Si tu portais le débat sur le groupe Polytechnique Alumni LinkedIN ?

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.