mercredi 27 novembre 2013

Ecosystèmes d'innovation : le rôle du secteur public


1 - Un rôle sur l'amont : structurer et financer l'exploration

 
Dès lors que les enjeux économiques se précisent, l'écosystème privé de l'innovation est structuré. Néanmoins, cela présuppose que l'amont du flux de l'innovation soit riche de compétences et connaissances nouvelles. C'est là que se trouve l'un des rôles clé du territoire : redonner une capacité d'exploration aux acteurs économiques qui, pris par des objectifs courts termes de rentabilité, tendent à fuir le risque et se concentrer sur des activités d'exploitation. L'action des pouvoirs publics doit donc se concentrer sur des mesures d'incitation à l'innovation et à l'entrepreneuriat.

Les pouvoirs publics ont plusieurs moyens d'action :

a) Financer la recherche fondamentale, trop loin des marchés pour être portée par le privé, elle est cependant nécessaire pour alimenter une recherche plus appliquée qui fera l'objet d'une valorisation par les acteurs économiques mais aussi pour assurer un enseignement du meilleur niveau. La nature diffusante de cette recherche n'implique pas un lien avec le monde du privé. Elle pourrait s'inscrire en dehors de tout écosystème d'innovation et doit être une prérogative de l'Etat ou de l'Europe sauf si elle s'appuie sur une ressource stratégique du territoire.

b) Accompagner la création d'entreprise en :
  • Sécurisant et formant les entrepreneurs
  • Participant à l'amorçage de startups innovantes, qui prennent une part de risque importante et évoluent dans un secteur où les fonds privés sont absents. Ce financement doit aller jusqu'à la phase de réalisation de prototypes représentatifs, après laquelle la société devient plus armée pour se tourner vers des financeurs privés. Ces fonds publics doivent permettre aux startups de traverser la "Vallée de la mort" où très peu d'investisseurs en capital privé sont présents ce qui réduit la capacité de notre pays à créer des entreprises innovantes notamment lorsqu'elles ont une activité industrielle plus capitalistique. 
  • Mettant en place des centres de transfert technologique dont l'objectif est d'accompagner la maturation des projets technologiques issus des universités et proposer une R&D externalisée aux PME qui ne peuvent financer un bureau d'étude à temps plein
  • Accompagner d'un point de vue juridique la constitution de portes-feuilles brevets et la mise en place d'accords de consortium. Mais aussi gérer le transfert des droits d'exploitation des connaissances académiques avec une consommation en trésorerie la plus faible possible pour les entreprises en phase d'amorçage (SATT).

 

2 - Un rôle sur l'aval : promouvoir les nouveaux usages et  favoriser l'accès aux ressources


L'aval de la chaîne de valeur de l'innovation entrant dans le champ du compétitif, l'intervention financière directe de la puissance publique est délicate car elle ne doit pas apparaître comme une forme de distorsion de la concurrence. Cependant, une innovation est un succès si et seulement si elle rencontre le marché. Or, on constate une deuxième "Vallée de la mort" celle-ci en terme de soutien des subventions publiques au-delà du TRL8 alors même qu'un nouveau pic de dépenses et de risques, liés à l'industrialisation et la mise en place des moyens commerciaux, survient au niveau des entreprises.

Malgré tout, un positionnement existe pour les pouvoirs publics. Avec l'évolution de notre société tirée par les usages du numérique, de nouveaux rôles pour les collectivités territoriales émergent. En effet, indépendamment de l'aspect financier, elles peuvent largement contribuer au succès d'un projet d'innovation en :
  • Favorisant l'accès à la ressource qu'elle soit physique (matière première, infrastructures, foncier...) ou immatérielle (connaissances, données, ...),
  • Etant un terrain d'expérimentation et donc de promotion de l'innovation.
  • Jouant le rôle "d'early adopter", en ouvrant par la commande publique les premiers marchés pour les innovations de son territoire.

1 commentaire:

Tru Dô-khac a dit…

Le dernier point mentionné en fin du billet est fondamental pour un entrepreneur.

Des investisseurs remarquables sont les clients qui sauvegardent la propriété intellectuelle de leurs sous-traitants innovants.

Par ses conditions générales d'achats (CCAG) qui prévoient une option de partage équilibré de la propriété intellectuelle des résultats, la commande publique montre l'exemple.

Pour un éclairage des CCAG par un opérationnel (non juriste), le site "Gouvernance de l'innovation partenariale"

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.